Séminaire en ligne : Lectures postcoloniales

Français
Francophonie
Équité, diversité et inclusion
seminar
Petit garçon lisant un livre au coucher du soleil
Le séminaire FRA 6755 – Lectures postcoloniales sera désormais donné en ligne pour permettre la participation d'un plus grand nombre d'étudiantes et d'étudiants. Découvrez la description du séminaire ci-dessous, et inscrivez-vous avant le 20 septembre ! Pour plus d'informations, contactez le professeur Kasereka Kavwahirehi par courriel à [email protected]

Professeur : Kasereka Kavwahirehi
Où et quand : En ligne, le jeudi de 14h30 à 17h20

Mondialisation et mémoire coloniale dans les romans africains

Comme Edward Saïd aimait à le rappeler, toute œuvre littéraire est, de quelque manière, lourde de son occasion, des réalités empiriques constituant son contexte d’émergence. Les textes littéraires ont des manières d’exister qui, même dans leurs formes les plus sublimes, sont en relation avec des réalités existentielles de la vie humaine, de la politique, des sociétés et des événements. Ils s’écrivent contre les réalités qui les rendent possibles ou en complicité avec elles. Toutefois, si l’œuvre d’art existe avant tout dans son temps, qui entre en interaction avec d’autres lieux et d’autres époques, elle n’est jamais réductible aux conditions de son époque. C’est la responsabilité du lecteur critique de montrer comment elle s’écrit contre ou en complicité avec des situations humaines ou échappe à ces conditions par sa forme.

Il en va ainsi des œuvres qui constituent le corpus de ce séminaire, à savoir Mathématiques congolaises et Congo Inc. Le testament de Bismarck de In Koli Jean Bofane, Généalogie d’une banalité de Sinzo Aanza, Tram 83 de Fiston Mwanza Mujila et Dans le ventre du Congo de Blaise Ndala. Écrits et publiés durant la dernière décennie, ces œuvres représentent les dynamiques ravageuses de la mondialisation néolibérale à l’œuvre en Afrique et, plus particulièrement, en République démocratique du Congo. Dans le cadre du séminaire, il s’agira de voir comment s’effectue en ces œuvres la mise en scène critique de la mondialisation et à quel type de forme les auteurs ont recouru pour peintre cette dernière. De plus, comme la mémoire coloniale affleure souvent dans ces œuvres, il s’agira aussi de s’interroger sur la fonction qu’y joue cette mémoire. S’agit-il d’éclairer les dynamiques de la mondialisation par celles de la colonisation et, donc, de suggérer la continuité entre les deux ? Enfin, il s’agira de poser la question de savoir ce que peut la littérature en contexte de mondialisation ? Constitue-t-elle un espace de liberté, de créativité et de production de nouvelles formes de subjectivité?

Travaux

  • Présence et participation : 10%
  • Un exposé : 30%
  • Un rapport de séminaire :   60%

Bibliographie

  1. Textes de base
  • Aanza, Sinzo, Généalogie d’une banalité, Paris, Vents d’Ailleurs, 2015.
  • Blaise Ndala, Dans le ventre du Congo, Montréal, Mémoire d’encrier, 2021.
  • Bofane, In Koli Jean, Congo Inc. Le Testament de Bismarck, Paris, Actes Sud, 2014.
  • Bofane, In Koli Jean, Mathématiques congolaises, Paris, Actes sud, 2008.
  • Mwanza Mujila, Fiston, Tram 83, Paris, Métaillié, 2013.
  1. Ouvrages de référence
  • Brezault, Éloïse (sous la direction), Les enjeux de la mémoire dans la littérature et les arts contemporains de la République démocratique du CongoFrancofonia, no. 76 ( printemps 2019).
  • Tonda, Joseph, L’impérialisme postcolonial. Critique de la société des éblouissements, Paris, Karthala, 2015.
  • Said, Edward, Culture et impérialisme, traduit de l’anglais par Paul Chemla, Paris, Fayard/Le monde diplomatique, 2000.