vue d'en haut d'étudiants assis à une table

Études postdoctorales

Les étudiantes et étudiants au niveau postdoctoral à la Faculté de droit de l’Université d’Ottawa peuvent se prévaloir de vastes possibilités d’élargir leurs champs de recherche spécialisée ou d’explorer des avenues complémentaires à leur formation.

Le milieu de la recherche postdoctorale

La Faculté de droit de l’Université d’Ottawa est la plus importante au Canada, elle se démarque par un corps professoral aussi distingué que diversifié à l’avant-scène de la recherche et de la formation juridiques. Grâce à leurs recherches savantes, bon nombre de nos professeurs ont contribué à la transformation des systèmes juridiques du Canada ainsi qu’aux manières dont le droit est exercé, enseigné et conçu. Notre Faculté de droit peut se targuer d’abriter un milieu de la recherche dynamique, caractérisé notamment par des Chaires de recherche réputées et un éventail de Centres d'excellence de la recherche. Située en plein centre-ville d’Ottawa, à quelques pas de la Colline parlementaire et de la Cour suprême du Canada, l’Université d’Ottawa offre la meilleure possibilité au monde d’étudier les systèmes juridiques canadiens en français ou en anglais.

Les étudiantes et étudiants au niveau postdoctoral à la Faculté de droit de l’Université d’Ottawa peuvent se prévaloir de vastes possibilités d’élargir leurs champs de recherche spécialisée ou d’explorer des avenues complémentaires à leur formation. Notre milieu de recherche dynamique et inclusif invite les stagiaires postdoctoraux à prendre part à des activités enrichissantes telles que la nouvelle école d’automne sur la Méthodologie de la recherche en droit, et le Groupe de rédaction de la Faculté de droit. Qui plus est, les stagiaires postdoctoraux sont régulièrement invités à s’exprimer dans le cadre de nos séries de conférences, ou de participer à des ateliers sur des travaux de recherche en cours. Ils et elles peuvent se prévaloir des services du Bureau de la recherche et de notre équipe de communications dans le but de diffuser leurs recherches et leurs réalisations. Nous sommes fiers du niveau d’excellence dont nos chercheurs font preuve et sommes impatients d’ajouter de nouvelles voix à notre programme de recherche.

Les stagiaires postdoctoraux rattachés à la Faculté de droit, Section de common law

Ghuna Bdiwi

Ghuna Bdiwi

Stagiaire postdoctoral Alex Trebek (2022-2023)
Centre de recherche et d’enseignement sur les droits de la personne
Le Carrefour des réfugiés
Faculté de droit, Section de common law
Université d’Ottawa

Ghuna Bdiwi est une avocate et une militante des droits de la personne qui a exercé sa profession en Syrie et au Canada. En Syrie, sa pratique s'est concentrée sur des affaires de détention arbitraire et de torture de détenus politiques, tandis qu'au Canada, son travail juridique se concentre sur le droit des réfugiés et de l'immigration. Son travail juridique et son militantisme sont reconnus au niveau international. En effet, l'envoyé spécial des Nations unies en Syrie l'a nommée membre du comité constitutionnel syrien chargé de rédiger une nouvelle constitution pour la Syrie.

Ghuna est titulaire d'un doctorat, d'une maîtrise en droit (recherche) et d'une maîtrise en common law de la Osgoode Hall Law School de l'Université York, ainsi que d'une maîtrise en droit bancaire et financier international de l'Université Montesquieu Bordeaux IV, en France. Dans sa thèse de doctorat, Ghuna étudie une question cruciale et opportune en droit pénal international et en philosophie, à savoir, étant donné la forte improbabilité d'une sanction pénale institutionnelle, y a-t-il une justification aux appels à la responsabilité pénale au milieu de la guerre civile syrienne en cours? Son comité de défense a recommandé que sa thèse soit publiée rapidement car ses conclusions peuvent être utiles à d'autres conflits en cours. Pour répondre à cette question essentielle, sa recherche s'appuie sur plusieurs disciplines telles que les droits internationaux de la personne, la théorie juridique, la théorie de la responsabilité de protéger (R2P), la justice transitionnelle, le droit des réfugiés, la responsabilité pénale internationale et les enquêtes sur les crimes de guerre en Syrie.

Au cours de son parcours universitaire et professionnel, Ghuna a reçu de nombreux prix prestigieux. Elle est la lauréate du prix international des droits de l'homme 2015 du Centre international des droits de l'homme, Canada, un prix qui a reconnu son travail de plaidoyer pour la défense des droits de la personne en Syrie. En outre, elle a reçu la bourse 2016 John Peters Humphrey en droits humains internationaux du Conseil canadien de droit international, et une bourse 2015 du Nathanson Center on Transnational Human Rights, Crime and Security, Osgoode Hall Law School.

Courriel : [email protected]

 

Jacqueline Briggs

Jacqueline Briggs

Stagiaire postdoctoral (2021-2023)
Faculté de droit, Section de common law
Université d’Ottawa

Jacqueline Briggs is a Social Science and Humanities Research Council of Canada (SSHRCC) Postdoctoral Fellow at the University of Ottawa Faculty of Common Law under the supervision of Professor Constance Backhouse.

As a historian of ‘administrative colonialism’ in Canada, Jacquie’s critical approach to the study of the criminal justice system focuses on intersections between federal administrators and the legal profession. Her postdoctoral project is a history of the Department of Justice from the late 19th century to the present, exploring the public interest role of lawyers-as-bureaucrats.

Jacquie completed her PhD in Criminology and Sociolegal Studies at the University of Toronto in 2021. Her dissertation project was a critical socio-legal history of a previously-unknown legal aid program operated by the Department of Indian Affairs (DIA) between the 1880s and the late 1960s. DIA legal aid provided defence counsel for Indigenous persons charged with murder in hundreds of high-stakes trials that could result in execution. The legal aid study not only assembles a legal history of the program from over 600 case files and policy records, it also interrogates the ways in which settler-colonialism shaped the administration of justice via the administration of Indigenous affairs.

Jacquie has taught courses in Law & Society, Legal History, and Criminology at Carleton University in Ottawa, Concordia University in Montreal, and at the University of Toronto. Born in the territory of the Dish with One Spoon wampum covenant (Toronto), she identifies as a settler person of Irish and English ancestry. A proud alumna of the Decolonizing Education (2017-2018) and Indigenous Research Methods (2019-2020) certificates from the Centre for Indigegogy (Wilfrid Laurier U.), Jacquie continues her decolonizing journey via participating in the Centre’s SSHRCC-funded digital storytelling project with the ReVision arts centre (U. Guelph).

Jacquie’s work on colonialism and the criminal justice system in Canada has been published in the Canadian Historical Review (2019), Studies in Law, Politics & Society (2020), and the Toronto Star (2016). Her 2019 article was awarded the Political History Article Prize by the Canadian History Association, and the Peter Oliver Prize by the Osgoode Society for Canadian Legal History. 

Courriel : [email protected]

Karni Chagal-Feferkorn

Karni Chagal-Feferkorn

Stagiaire postdoctorale Banque Scotia en IA et régulation (2020-2022)
Faculté de droit, Section de common law
Université d’Ottawa

Karni Chagal-Feferkorn est la Stagiaire postdoctorale Banque Scotia en IA et régulation au sein de l’Initiative IA + Société de l’Université d’Ottawa, sous la supervision de la professeure Teresa Scassa, le professeur Florian Martin-Bariteau et le professeur Michael Geist.

Les recherches de Karni Chagal-Feferkorn à l'Initiative IA + Société examinent différents aspects de l’intersection entre l’intelligence artificielle (IA) et le droit, notamment la responsabilité juridique pour les dommages induits par l’IA, l’admissibilité des preuves de l’IA devant les tribunaux et le défi éducatif d’apprendre aux avocats et aux programmeurs à travailler conjointement afin de concevoir des systèmes d’IA plus éthiques.

Karni Chagal-Feferkorn a poursuivi son doctorat à l’Université de Haïfa (Israël) où elle a également obtenu son LL.B. et son B.A. en économie. Elle est titulaire d’un LL.M. en droit, science et technologie de Stanford University et est une avocate en Israël, Californie et New York. Elle est passionnée d’enseignement et elle a déjà enseigné des cours sur l'IA, l’éthique et le droit ; la propriété intellectuelle ; le droit des biens ; le droit de la responsabilité délictuelle ; et le droit droit constitutionnel.

En plus de sa recherche universitaire, Karni Chagal-Feferkorn est l’une des associées fondatrices d’un cabinet de conseil spécialisé dans la recherche comparative en droit et réglementation, et mène des recherches pour les gouvernements, les cabinets d’avocats et les entreprises sur diverse questions réglementaires, y compris la technologie en général. Elle conseille également une start-up israélienne axée sur l’automatisation de la rédaction de documents juridiques complexes.

Courriel : [email protected]

Jane Ezirigwe

Jane Ezirigwe

Stagiaire postdoctorale sur la gouvernance des données pour l'alimentation et l'agriculture (2022-2023)
Open AIR, le Réseau de recherche et d'innovation ouvertes en Afrique
Centre de recherche en droit, technologie et société
Faculté de droit, Section de common law
Université d’Ottawa

Jane Ezirigwe is an Open AIR Postdoctoral Fellow on Global Data Governance for Food and Agriculture. She is also a Senior Research Fellow at the Nigerian Institute of Advanced Legal Studies (NIALS) and an Adjunct Senior Lecturer at Bingham University, Nigeria. Jane is a member of the AfCFTA Advisory Council. She is also an Olu Akinkugbe Fellow on Business Law in Africa, a Fellow of Young African Leaders Initiative, and an International Bar Association Scholar.

Jane holds a PhD in law from the University of Cape Town, an LLM from the University of London, and an MBA and LLB from ESUT Business School and University of Abuja. She has over 16 years of experience in legal research, legal advocacy, legal education, as well as in mobilizing and translating knowledge for wider usage. Her research interests are in the areas of food & agricultural law, international trade, and natural resource development. She is also committed to mainstreaming gender in her research and is focused on using socio-legal methods to produce evidence-based research. Jane provides consulting services to Women’s Aid Collective, a Nigerian NGO advocating for women’s rights. She also provides support services to Small Scale Women Farmers Organisation in Nigeria, a network of over 500,000 women farmers. She has won several academic and research awards for her contributions to the development of law and has many publications.

Yvonne Ndelle

Yvonne Ndelle

Stagiaire postdoctorale (2022-2023)
Open AIR, le Réseau de recherche et d'innovation ouvertes en Afrique
Centre de recherche en droit, technologie et société
Faculté de droit, Section de common law
Université d’Ottawa

Dr. Yvonne Ndelle’s research focuses on digital and data-driven agriculture. She holds a Master of Public Administration and a PhD in Public Policy from Johnson Shoyama Graduate School of Public Policy (JSGS), University of Saskatchewan. Her doctoral research assessed the social license model as a private self-governance regime in Canada’s agri-food sector and provides unique insights into its varied conceptualizations by diverse stakeholders across the agbiotech supply chain. Dr. Ndelle also holds a BSc honours degree in Journalism and Mass Communication from the University of Buea, Cameroon. 

Dr. Ndelle has several years of research experience in mobilizing and translating knowledge for broader use. She was Research Coordinator for the Students’ Innovation and Business Analysts (SIBA) program at the former Innovation Enterprise (University of Saskatchewan’s Technology Transfer Office) and was an Executive Intern with the Saskatchewan Institute, Conference Board of Canada. In Cameroon, she worked with Agroproduce Management Services (AMS) Ltd, where she managed a network of over 3000 smallholder cocoa farmers across 42 rural communities. These farmers were involved in third party quality certification, along with the use of sustainability and traceability tools for socially and environmentally responsible cocoa production using the UTZ Certified standard. She has won a number of awards and enjoys listening to country music. 

Twitter:  @DrNdelleNyaks

Amanda van Beinum

Amanda van Beinum

Stagiaire postdoctorale (2021-2023)
Centre de droit, politique et éthique de la santé
Faculté de droit, Section de common law
Université d’Ottawa

Amanda van Beinum is a Social Science and Humanities Research Council (SSHRC) Postdoctoral Fellow at the University of Ottawa Faculty of Common Law under the supervision of Professor Jennifer Chandler.

Amanda’s postdoctoral research employs a critical science and technology studies (STS) perspective to explore the social and technological impacts of deep brain stimulation as an emerging therapy for the treatment of psychiatric illness. Amanda is also involved in HYBRID-MINDS, an international and interdisciplinary collaborative project aiming to provide the first systematic exploration of the experiential, ethical, and legal significance of the functional integration of neuroprostheses with the human mind.

Amanda completed her PhD in Sociology at Carleton University where her doctoral work involved an STS-informed analysis of the tensions and meanings of death amidst life-support technology in the intensive care unit. This cross-disciplinary project built on findings from her MSc. (Epidemiology) obtained previously at the University of Ottawa.

With training in both science and arts, Amanda has a passion for interdisciplinary work and is drawn to teaching, writing, and researching at critical intersections. She has recently co-designed and taught a course on race and medicine and has published work in medical journals in addition to her ongoing involvement in social science research communities.

Courriel : [email protected]

Anciens stagiaires postdoctoraux

Michael Da Silva

Michael Da Silva

Stagiaire postdoctoral Alex-Trebek en IA et système de santé (2020-2022)
Faculté de droit, Section de common law
Université d’Ottawa

Voir sa biographie actuelle à l'Université de Southampton.

David Hughes

David Hughes

Stagiaire postdoctoral Alex Trebek (2020-2022)
Centre de recherche et d’enseignement sur les droits de la personne
Le Carrefour des réfugiés
Faculté de droit, Section de common law
Université d’Ottawa

David Hughes a accepté un poste de professeur adjoint au Collège des Forces canadiennes.

Lindsey McKay

Lindsey McKay

Stagiaire postdoctorale (2017-2018)
Faculté de droit
Université d’Ottawa

Voir sa biographie actuelle à l'Université Thompson Rivers.

Contactez-nous

Pour toute question relative aux stages postdoctoraux à l’Université d’Ottawa, prière de communiquer avec le Cabinet du vice-provost aux études supérieures et postdoctorales à [email protected].

Pour des questions plus spécifiques reliées aux stages postdoctoraux  à la Faculté de droit, veuillez communiquer avec [email protected].