Hall d'entrée du Pavillon Fauteux

Faculté en bref

La Section de droit civil dans la cité:
apprentissage transformateur et recherche engagée

Mot de la doyenne

C’est avec beaucoup d’enthousiasme et d’énergie que je poursuis mon mandat de doyenne de la Faculté de droit, Section de droit civil, depuis le 1er juillet 2016.La Section de droit civil est un milieu d’apprentissage et de recherche exceptionnel! Forte de ses 35 professeurs.es de carrière, 21 membres du personnel administratif et de ses quelque mille étudiants.es au premier cycle et aux études supérieures, la Section de droit civil s’appuie sur une longue tradition d’enseignement et de recherche juridique innovatrice, engagée et ouverte sur le monde et les autres disciplines.

Marie-Eve Sylvestre

Au pavillon Fauteux, nous offrons des programmes innovateurs qui nous permettent de nous distinguer et continuent d’attirer de nombreux étudiants et étudiantes :

  • Notre programme coopératif qui permet aux étudiants de compléter la licence en trois ans et demi tout en effectuant trois stages en milieu de travail;
  • Notre programme conjoint en droit et développement international et mondialisation (LL.L.-DVM) avec la Faculté des sciences sociales;
  • La certification UOGlobal démontrant l’apprentissage de langues étrangères et l’ouverture sur le monde;
  • Le programme élite en droit canadien (PDC) qui permet de compléter le droit civil et la common law en trois ans;
  • Nos écoles d’été en territoire innu et notre formation intensive en traditions juridiques autochtones en première année;
  • Notre clinique en droit notarial à Gatineau et nos quelque 30 stages d’enseignement clinique dans la communauté;
  • Une formation en leadership unique au Canada;
  • Notre programme d’enseignement appliqué en médiation obligatoire;
  • Une centaine de cours optionnels dans des domaines de pointe dont l’intelligence artificielle, le droit agroalimentaire, le droit européen, le droit des jeux vidéo et le droit pénal humanitaire;
  • Près de 20 clubs étudiants dans divers domaines du droit dont le droit et la diversité, le droit des affaires, le droit criminel et le droit de l’environnement.

La Section de droit civil fait aussi preuve d’un dynamisme exceptionnel en recherche. Nous sommes reconnus comme pôle de formation à la recherche interdisciplinaire, empirique et collaborative, et ayant un grand impact sur la réforme du droit et les politiques publiques. Nos chercheurs.euses obtiennent plus de 1,5 million$ par année des trois Conseils nationaux de recherche. Nous comptons aussi deux Chaires de recherche du Canada (Niveau 1: Ghislain Otis : récipiendaire de la 1ère subvention de partenariat de l’Université d’Ottawa en 2013 et Niveau 2: Emmanuelle Bernheim), une chaire-miroir avec l’Université de Lyon 3 – Jean Moulin en droit privé de la responsabilité (Mariève Lacroix), ainsi qu'une chaire de recherche de l’Université sur l’intelligence artificielle responsable à l’échelle mondiale (Céline Castets-Renard), sans parler de nos nombreux centres et laboratoires de recherche. 

En tant que doyenne, je propose une vision de #LaSectionDansLaCité qui s’appuie sur trois piliers, soit :

  1. Un apprentissage transformateur, tant pour les étudiants.es que pour les communautés dans lesquelles ceux-ci sont appelés à évoluer et à intervenir;
  2. Une recherche engagée, ancrée dans la communauté, bien enracinée géographiquement au carrefour des systèmes de droit civil, de la common law et des ordres juridiques autochtones, à déploiement international; 
  3. Un milieu de vie et de travail collégial, inclusif et participatif misant sur les forces respectives de tous les membres de sa communauté, y compris de nos diplômés et diplômées.

Dans les prochaines années, je veux continuer à développer et à valoriser des projets éducatifs et de recherche qui amènent notre communauté étudiante et professorale à s’engager dans des débats de société, à devenir des penseuses et penseurs critiques, mais aussi pragmatiques, engagés dans la résolution de problèmes qui touchent nos milieux, des équipes qui osent remettre en question les pratiques établies et proposer des solutions innovatrices aux problèmes sociaux.

Cette vision du leadership communautaire passe nécessairement par l’interdisciplinarité et exige que l’on pense au savoir juridique de façon décloisonnée en se basant sur un véritable échange entre la société civile et l’Université.

Chers amis.es, n’hésitez pas à me contacter si vous souhaitez contribuer aux initiatives de votre Alma mater.

Au plaisir!

Marie-Eve Sylvestre, S.J.D.
Doyenne et professeure titulaire

Logo CDFDC

Déclaration

Déclaration des doyens et doyennes des facultés de droit du Canada sur le racisme anti-noir
Lire la déclaration