Cybercriminalité : aller au-devant des menaces

Faculté de génie
Science informatique et génie électrique
Recherche
Guy-Vincent Jourdan
Le professeur Guy-Vincent Jourdan aborde la lutte contre la cybercriminalité d'un point de vue « zéro victime  » : il s'intéresse aux façons de détecter les cyberattaques aussitôt qu'elles surviennent, et idéalement, avant qu'elles ne causent des dommages.

À l’ère où les cybermenaces guettent de plus en plus les comptes des organisations et des particuliers, nous devons définir ce que représente la cybersécurité pour les personnes et les entreprises. Quelles sont les précautions à prendre pour vous protéger en ligne? Comment pouvez-vous protéger les données de votre entreprise?

Prévenir la cybercriminalité 

Un élément clé de la recherche en cybersécurité est d’élaborer des systèmes qui sont toujours à l’affût des cyberattaques et qui peuvent les anticiper. Guy-Vincent Jourdan, professeur à la Faculté de génie et codirecteur du Laboratoire de cyberformation uOttawa-IBM, cherche à trouver des solutions proactives à chaque étape du processus dans le but de prévenir les cyberattaques, de les détecter et d’assurer le rétablissement après-coup. Le professeur Jourdan et son équipe travaillent précisément sur la détection précoce des sites d’hameçonnage, la détection automatique des données volées et l’analyse des fraudes et des logiciels malveillants pour qu’ultimement, personne ne soit victime de cybercriminalité. 

« Dans nos travaux, nous ne nous intéressons pas aux approches qui reposent sur le premier signalement du crime. Nous cherchons plutôt des moyens de détecter une cyberattaque au moment où elle est perpétrée, et idéalement, avant qu’elle ne cause des dommages », relate le professeur Jourdan.

L’équipe, qui travaille en étroite collaboration avec des spécialistes de l’industrie en cybersécurité, combine des approches reposant sur l’apprentissage machine et les mathématiques. D’ailleurs, le fruit de leurs recherches sert déjà à créer une technologie pouvant aider les internautes, les entreprises et les ONG. Par exemple, le système de détection de la cryptofraude du professeur Jourdan alimente la base de données eCrime Exchange du Anti-Phishing Working Group, un groupe de travail anti-hameçonnage. Les collaborations de l’équipe avec IBM et des ONG ont permis de détecter et de bloquer de nombreuses tentatives d’hameçonnage avant que l’argent des potentielles victimes ne soit volé.

Former la relève en cybersécurité

L’éducation en matière de cybersécurité et de détection de crimes est plus accessible depuis l’inauguration du Laboratoire de cyberformation uOttawa-IBM. Ce laboratoire offre des occasions de réaliser des apprentissages concrets dans le cadre de simulations et d’activités de formation. Tout en s’amusant, les étudiantes, les étudiants et les partenaires y acquièrent des habiletés pratiques en détection et en protection contre les cyberattaques.

« La création du Laboratoire de cyberformation, une initiative du Cyber carrefour, est une avancée immense pour nous qui travaillons en cybersécurité depuis des années, souligne Guy-Vincent Jourdan. Ces partenariats créent des occasions d’apprentissage pratique sans précédent pour les étudiantes et étudiants, qui seront formés au moyen de dispositifs et logiciels de sécurité ultramodernes, et qui seront en mesure d’appliquer leurs connaissances dès la fin de leurs études. »

À propos de Guy-Vincent Jourdan

Guy-Vincent Jourdan est professeur titulaire à l’École de science informatique et de génie électrique de la Faculté de génie et codirecteur du nouveau Laboratoire de cyberformation uOttawa-IBM. Il dirige des initiatives de collaboration entre le secteur de la recherche et l’industrie depuis maintenant plus de 15 ans. Il a cosigné une centaine d’articles scientifiques et une quinzaine de brevets. Depuis dix ans, il s’intéresse surtout à la cybersécurité, et plus particulièrement à la détection et la prévention de la cybercriminalité.