L’Université d’Ottawa investit 1,6 million de dollars pour soutenir et diversifier ses chaires de recherche

Recherche
RECHERCHE + INNOVATION
Chaires de recherche de l'Université

Par Université d'Ottawa

Cabinet du vice-recteur à la recherche et à l'innovation, CVRRI

De gauche à droite, en haut : Jude Mary Cénat, Paul Corkum, Elizabeth Dubois, Mamadou Fall, Stephen Ferguson, Trevor Hall. En bas : Eva Hemmer, Peter Jaskiewicz, Chidi Oguamanam, Derek Pratt, Katey Rayner et Vincent Tabard-Cossa
De gauche à droite, en haut : Jude Mary Cénat, Paul Corkum, Elizabeth Dubois, Mamadou Fall, Stephen Ferguson, Trevor Hall. En bas : Eva Hemmer, Peter Jaskiewicz, Chidi Oguamanam, Derek Pratt, Katey Rayner et Vincent Tabard-Cossa
L’Université d’Ottawa pose de nouvelles actions concrètes pour appuyer le travail exceptionnel de ses chercheuses et chercheurs en octroyant ou en renouvelant une série de chaires de recherche internes.

En plus des quatre nouvelles chaires internes attribuées en début d’année et des deux chaires renouvelées, six autres Chaires de recherche de l’Université (CRU) viendront bonifier l’excellence en recherche à l’Université. Cette annonce découle de la révision par le Cabinet du vice-recteur à la recherche et à l’innovation en 2021 du Programme des CRU. Cette révision avait pour but de favoriser une culture d’inclusion, de diversité, d’équité et d’excellence en recherche à l’Université d’Ottawa, tout en éliminant les obstacles à la participation des membres des groupes sous-représentés en recherche (femmes, Autochtones, membres de minorités visibles ou de groupes racisés, personnes handicapées, personnes LGBTQI2S+) par l’intégration des principes d’équité, de diversité et d’inclusion (EDI) ainsi que des recommandations de la Déclaration de San Francisco sur l’évaluation de la recherche (DORA) au programme.

« Cet investissement important de l’Université dans la recherche permettra à 12 titulaires de chaires de recherche internes et à leurs équipes de réaliser des découvertes dans des domaines aussi variés que la bio-innovation durable, les nanopores, la santé, l’entrepreneuriat et les communications. Il témoigne de notre volonté de consolider notre place parmi les meilleures universités à forte intensité de recherche au Canada, et dans le monde », explique le vice-recteur à la recherche et à l’innovation, Sylvain Charbonneau. « La révision du programme donnera également un élan aux recherches innovantes et interdisciplinaires entreprises par les membres de notre corps professoral, et ce, dans un esprit d’inclusion, de diversité et d’équité. »

Paul Corkum (Faculté des sciences) Chaire de recherche éminente en sciences de l’attoseconde

La cytométrie de masse pour l’imagerie s’avère un outil extrêmement efficace pour la visualisation et l’identification des biomolécules des tissus organiques à l’échelle du micromètre. Le programme de recherche du professeur Paul Corkum vise à atteindre une résolution nanométrique ouvrant des horizons inédits sur les fonctions des cellules à l’échelle la plus élémentaire.

Stephen Ferguson (Faculté de médecine) Chaire de recherche éminente en neurodégénérescence

Les recherches du professeur Stephen Ferguson ont grandement contribué à notre compréhension des mécanismes moléculaires responsables de la signalisation et de la désensibilisation des récepteurs couplés aux protéines G (RCPG), et des nouvelles possibilités de traitements pour des maladies complexes comme l’Alzheimer et la chorée d’Huntington découlant de la biorégulation de ces récepteurs.

Derek Pratt (Faculté des sciences) Chaire de recherche de l’Université en biologie et chimie des radicaux libres

L’équipe du professeur Derek Pratt se spécialise dans les mécanismes réactionnels des radicaux libres. Elle applique ses connaissances dans divers contextes afin de mettre au point de nouvelles stratégies et méthodes pour la synthèse de nouvelles molécules complexes, de mieux comprendre les mécanismes sous-tendant l’oxydation cellulaire mortelle propre aux maladies dégénératives, et de rendre possible la création de nouvelles molécules pour prévenir cette oxydation.

Vincent Tabard-Cossa (Faculté des sciences) Chaire de recherche de l’Université en biophysique nanométrique et sciences des nanopores

Le professeur Vincent Tabard-Cossa s’efforce de comprendre les propriétés fondamentales du transport des nanopores pour mettre au point de nouveaux outils et de nouvelles méthodes de catégorisation de différents systèmes biologiques et chimiques à l’échelle moléculaire.

Trevor Hall (Faculté de génie) Chaire de recherche de l’Université en circuits photoniques et intégration
Le programme de recherche du professeur Trevor Hall étudie les sources de micro-ondes et d’oscillations optiques à base photonique pour réduire les tensions entre des attributs souhaitables comme une dérive et un bruit exceptionnellement bas, la suppression efficace des résonances indésirables, les larges plages de syntonisation, l’intégration compacte et le fonctionnement des micro-ondes aux fréquences THz.

Peter Jaskiewicz (École de gestion Telfer) – Chaire de recherche de l’Université en entrepreneuriat durable
Les entreprises familiales, qui représentent la grande majorité des entreprises dans le monde, jouent un rôle essentiel dans l’économie planétaire; cela dit, nous connaissons très peu les effets des changements et des différends familiaux sur ces dernières. Les recherches du professeur Peter Jaskiewicz analysent les caractéristiques fondamentales des familles en affaires pour voir en quoi ces caractéristiques influencent leurs entreprises, et pour comprendre pourquoi certaines réussissent mieux que d’autres au fil du temps.

Jude Mary Cénat (Faculté des sciences sociales) Chaire de recherche de l’Université sur la santé des communautés noires

Les travaux du professeur Jude Mary Cénat, basés sur une approche interdisciplinaire, intersectionnelle, collaborative et antiraciste, ont pour objectif principal de réduire et éliminer les disparités raciales en santé physique et mentale dans les communautés noires.

Elizabeth Dubois (Faculté des arts) Chaire de recherche de l’Université en politiques, communications et technologies

Le programme de recherche de la professeure Elizabeth Dubois examine les dynamiques sociales autour de l’automatisation et de l’IA dans les environnements informationnels politisés, et travaille à la mobilisation des connaissances en vue de soutenir l’élaboration de meilleures politiques publiques pour réduire les cybercrimes et favoriser le développement et l’utilisation éthiques et justes de l’automatisation et de l’IA.

Mamadou Fall (Faculté de génie) Chaire de recherche de l’Université en génie géotechnique pour une transition vers la carboneutralité

Les recherches du professeur Mamadou Fall ont pour objectif de remédier aux grands problèmes irrésolus en matière de géotechnologie et de sécurité dans le domaine du nucléaire, afin d’appuyer l’élaboration et la mise en œuvre de techniques de production d’énergie propre qui nous permettront d’atteindre la carboneutralité d’ici 2050.

Eva Hemmer (Faculté des sciences) Chaire de recherche de l’Université en chimie des matériaux

Les matériaux optiques de pointe présentent un potentiel important dans les domaines de la santé et de l’énergie. Les recherches de la professeure Eva Hemmer ont pour but de nous aider à relever des défis sociétaux dans ces deux domaines par la création de nanoparticules de nouvelle génération à base de terres rares à l’aide d’une technologie novatrice de synthétisation par micro-ondes combinée à la spectroscopie de photoluminescence et à la microscopie hyperspectrale pour la caractérisation optique.

Chidi Oguamanam (Faculté de droit – Section de common law) Chaire de recherche de l’Université en bio-innovation durable, en systèmes de savoir autochtone et en gouvernance mondiale du savoir

Le programme de recherche du professeur Chidi Oguamanam vise à encourager la participation équitable des peuples autochtones et des collectivités locales du monde entier à la production des connaissances, ainsi que l’accès équitable aux avantages qui en découlent pour l’avancement de la justice sociale.

Katey Rayner (Faculté de médecine) Chaire de recherche de l’Université en inflammations vasculaires et métaboliques

Le programme de recherche de la professeure Katey Rayner se concentre sur les mécanismes communs responsables de l’inflammation du système vasculaire lors d’un stress métabolique, et sur la mise au point de nouveaux outils diagnostiques et thérapeutiques pour traiter les maladies cardiométaboliques chroniques.