Une personne arrosant son jardin

Rapport sur les changements climatiques 2020

L’Université d’Ottawa s’attaque aux changements climatiques!

Message du recteur

Les changements climatiques et leurs répercussions sur notre planète sont bien réels et ces enjeux influencent les activités de bon nombre d’institutions et d’entreprises. En tant qu’établissement d’enseignement supérieur axé sur la recherche, l’Université d’Ottawa a un rôle crucial à jouer pour mieux faire connaître et comprendre les changements climatiques ainsi que la responsabilité de prendre des mesures concrètes. Chaque année, nous menons d’importantes actions collectives pour lutter contre ce fléau et intensifier nos efforts visant à créer un avenir durable.

Au cours des dernières années, l’Université d’Ottawa a pris des engagements forts afin de créer une culture de durabilité. Nous avons signé l’Engagement de Montréal sur le carbone, promis de réduire l’empreinte carbone de nos placements, conformément à l’engagement climatique du Canada, et mis en œuvre un règlement sur la gestion et la durabilité de l’environnement pour encadrer nos efforts.
En outre, nous avons embauché Carolyn Fisher, l’une des figures de proue de l’économie de l’environnement dans le monde et titulaire de la Chaire de recherche Canada 150 en économie, innovation et politiques en matière de climat, afin de positionner notre université en tant que centre d’excellence pour les questions environnementales. Plus récemment, nous avons fait de la durabilité l’un des piliers de Transformation 2030.

Bien qu’il reste du travail à faire pour que la notion de durabilité soit profondément enracinée partout sur le campus, je suis convaincu que les initiatives énoncées dans le présent rapport contribuent à mobiliser notre établissement et à intégrer l’action climatique à nos programmes de formation générale, nos activités de recherche et nos opérations.

Jacques Frémont, President and Vice-chancellor

Un apprentissage tourné vers l'avenir

À l’Université d’Ottawa, l’avancement des connaissances sur les changements climatiques passe par l’apprentissage. Voilà pourquoi l’approche holistique qu’elle préconise pour relever le défi climatique met à profit toutes les voies d’apprentissage et de recherche disponibles, en classe comme ailleurs. En multipliant les occasions d’apprendre, l’Université permet d’élargir et d’affermir notre compréhension des changements climatiques et de leurs effets sur la population planétaire. Elle outille nos étudiantes et étudiants pour qu’ils puissent trouver et mettre en œuvre des solutions pour faire face à cet enjeu.

Voici une liste des programmes mis en évidence dans le rapport «Mesures prises par l'Université d'Ottawa en matière de changements climatiques»

Consulter le rapport complet (PDF, 1 Mo)
Étudiantes et étudiants déambulant sur le campus

Le Centre du droit de l’environnement et de la durabilité mondiale

Le Centre compte sur l’une des plus imposantes équipes professorales en droit de l’environnement de toutes les écoles de droit au Canada, dont les champs d’expertise comprennent la réglementation sur l’eau, la responsabilité délictuelle toxinique, la justice environnementale, la réglementation sur l’alimentation durable, le commerce international, les instruments économiques, la biotechnologie et le droit autochtone.

L’Institut de l’environnement
L’Institut de l’environnement (IE) est le centre de la recherche, de l’enseignement et des activités en matière de durabilité environnementale à l’Université d’Ottawa. La nature transversale des enjeux environnementaux exige que nous abordions l’enseignement et la recherche de manière novatrice et interdisciplinaire. Notre institut est particulièrement bien placé pour rassembler les divers champs de spécialisation et intervenants qui jouent un rôle essentiel dans notre compréhension des problèmes environnementaux et dans la définition des solutions pour y remédier.

L’Institut de recherche sur la science, la société et la politique publique (ISSP)
L'Institut de la recherche sur science, la société et les politiques publiques est un institut polyvalent de l'Université d'Ottawa qui explore les liens entre la science, la société et la politique. Notre réseau regroupe des professeurs, des chercheurs, des praticiens et des étudiants de multiples facultés et disciplines tant à l'intérieur qu'à l'extérieur de l'Université d'Ottawa. 

  • Mitacs
    Mitacs est déterminé à favoriser un leadership en matière de politiques parmi les chercheurs canadiens, et nous avons travaillé afin de trouver des façons d’intégrer la recherche universitaire avec les gouvernements fédéral et provinciaux afin d’aider à appuyer l’élaboration de politiques fondées sur des données probantes.
  • Science Outside the Lab – North 
    Science Outside the Lab (SOtL) North est une introduction immersive aux impacts scientifiques, politiques et sociétaux. Les étudiants passent une semaine à l'ISSP de l'Université d'Ottawa (Ontario) et à l'Université Concordia à Montréal (Québec), où ils acquièrent des compétences qui les aideront à comprendre et à réussir leurs projets au carrefour de la science et de la société.
  • Carolyn Fischer - Chaire de recherche Canada 150 en économie, innovation et politiques en matière de climat
  • Tom Baker - Chaire de recherche du Canada en science de la catalyse pour l'application de l'énergie
  • Nicholas Rivers - Chaire de recherche du Canada sur les politiques en matière de climat et d'énergie
  • Benoît Lessard - Chaire de recherche du Canada sur les matériaux polymères avancés et l’électronique organique
  • Anthony Heyes - Chaire de recherche du Canada en économie de l'environnement
  • Jackie Dawson - Chaire de recherche du Canada sur l'environnement, la société et les politiques

Engagement communautaire

Investir dans une économie plus verte

Le rapport de 2016 intitulé Lutter contre le réchauffement planétaire : la réponse de l’Université d’Ottawa présente une vaste gamme d’initiatives se rapportant aux programmes d’enseignement, à la recherche ainsi qu’à la gestion des installations et des placements de l’Université. En raison du rôle de premier plan de l’Université d’Ottawa dans la lutte aux changements climatiques, et comme l’exige son mandat, le Comité des finances et de trésorerie poursuit son travail de gestion des placements.

Consulter le rapport complet (PDF, 1 Mo)
Balcon au deuxième étage du pavillon Tabaret
  1. Adopter des mesures et fixer un point de départ adéquat pour  suivre l’évolution du portefeuille de placements à long terme.

  2. Trouver et considérer de nouveaux indices et points de référence qui tiennent compte des principes pour l’investissement responsable afin de compléter (ou remplacer) ceux qu’on utilise actuellement.

  3. Mesurer annuellement les progrès et rendre compte des résultats à la communauté universitaire.

  4. Intégrer ces résultats dans l’examen et la mise à jour des politiques relatives au portefeuille de placements.

  5. Tenir compte de ces résultats dans l’évaluation du rendement des gestionnaires de placements, dans la mesure où il est approprié de le faire.

  6. Constituer un Fonds d’innovations propres doté de capitaux d’amorçage de 10 millions de dollars, et accroître le Fonds au fil du temps au moyen des fonds des portefeuilles existants et des dons reçus à cette fin.

Plus tôt cette année, l’Université d’Ottawa et 14 autres universités se sont engagées à adopter les pratiques de placements responsables exposées dans la Charte des universités canadiennes pour des placements écoresponsables à l’heure des changements climatiques, qui cadrent avec les efforts actuels de l’Université d’Ottawa dans ce domaine.

Relations extérieures : Travailler dans la communauté

Les Relations extérieures contribuent aux efforts de lutte aux changements climatiques de l’Université d’Ottawa en organisant des collectes de fonds et des événements et en faisant la promotion d’activités et de projets de recherche liés au développement durable.

Consulter le rapport complet (PDF, 1 Mo)
Conférencier s’adressant à un auditoire à l’Université d’Ottawa

Les Relations extérieures contribuent aux efforts de lutte aux changements climatiques de l’Université d’Ottawa en organisant des collectes de fonds et des événements et en faisant la promotion d’activités et de projets de recherche liés au développement durable. Les Relations extérieures ont dépassé leur objectif et recueilli 2,1 millions de dollars en dons destinés à des initiatives de lutte aux changements climatiques.

  • 325 000 $ amassés en 2019-2020 pour le projet Énergie positive
  • 420 000 $ amassés en 2019-2020 pour financer la recherche à l’Institut pour l’IntelliProspérité
  • 250 000 $ la Fondation Jarislowsky a aussi versé à l’Institut pour l’Intelliprospérité
  • 52 000 $ de Robert Gorman (le premier versement d’un montant total de 100 000 $)
  • Atelier sur l’investissement responsable - 22 octobre 2019
  • Innovations uOttawa - Logiciels, automatisation évolutive, énergie durable – 12 décembre 2019
  • Atelier zéro déchets 101 - 21 janvier 2020

Un campus durable : Créer un campus plus vert

Depuis plusieurs années, l’Université d’Ottawa préconise une gestion simple et efficace de son campus, ce qui a contribué à instaurer une culture de conservation et de responsabilité. Toutefois, l’accélération des changements climatiques a forcé l’Université à évoluer et à adopter de nouvelles pratiques pour composer avec les changements à l’œuvre dans la région de la capitale nationale.

En plus de mettre en place de nouveaux programmes, l’Université a choisi de voir le défi sous un nouvel angle et d’adopter une approche globale qui prévoit différents types de solutions.

Consulter le rapport complet (PDF, 1 Mo)
Représentation d’un nouvel édifice à l’Université d’Ottawa

D’ici 2040, l’Université d’Ottawa souhaite devenir carboneutre, c’est-à-dire atteindre la zéro émission nette en compensant ses émissions directes, soit celles produites par la combustion de gaz naturel et de carburant.

  • En janvier 2020, des représentants d’Enbridge sont venus à l’Université pour nous remettre un autre chèque à la suite de la rénovation du Complexe des biosciences et du pavillon Colonel-By. Les importantes améliorations écoénergétiques apportées au cours des dix dernières années ont réduit les émissions de CO2 de l’Université de 9 682 tonnes par année.
  • Nous visons la certification platine, soit la plus élevée, pour le 200 Lees. Des mesures encore plus poussées sont envisagées pour les pavillons à venir.